Danseuse

 « il n’existe qu’une seule danse, celle de l’expression, de l’émotion, de la traduction du soi inconscient »

Quel que soit le langage corporel utilisé cela reste un langage. Ma mixité culturelle m’a contraint et permit de faire sans cesse des liens pour traduire, amener à moi une certaine stabilité et identifier les repères quelle que soit la forme qu’ils prenaient.

Un parcours atypique 

flamenco5

C’est à l’âge de huit ans que Rakiya rencontre la danse classique , le solfège et le piano .Très vite la jeune enfant montre un goût particulier pour la danse , en quelques années , elle clôture le  programme  académique de l’époque  .Ces résultats d’examens sont probants .Pour elle les choses sont claires : elle deviendra danseuse classique . A l’adolescence , elle a la chance de découvrir le conservatoire de danse classique de Bruxelles ou elle  prend des cours pendant deux années.  A l’aube de ses vingt ans tout bascule , forcée de se prendre en main financièrement , elle abandonne la danse pour entrer dans le monde du travail. Un beau jour ‘par hasard’ , un ami de la famille lui demande de se produire en danse orientale pour une oeuvre de charité , sans aucune autre expérience que ses souvenirs  lors des voyages au Maroc , elle accepte , monte sur scène et là le déclic se fait ! une semaine plus tard , conseillée par son père amoureux de la danse et la musique Egyptienne , elle débarque au Caire , berceau de cet art ancestral . Elle décide d’y voyager chaque mois , de se former sur place avec Yasmina of Cairo . C’est à cette époque qu’elle crée ses premiers costumes avec des couturières Cairiotes . Avide d’apprendre et attirée par sa deuxième moitié culturelle , elle se forme en flamenco à Bruxelles , en Espagne et sur les iles Canaries . Ensuite  par les danses d’Indes , elle se forme à Londres et à Paris au Bollywood et au bases du Barata Natyam .

Mixité et liberté 

Explosion of Colors

« Avec le temps mon corps s’est désolidarisé d ’un type de danse favorisant une mixité « non- identitaire » avec une volonté de polymorphie de l’identité , de non cloisonnement.Plus je découvrais des formes de mouvements ,  d’émotions et d’utilisation musicale et plus mon corps et mon esprit se désolidarisaient  pour ne former qu’un unique mouvement libéré de ses contraintes réelles ou rêvées.

Certes pour entrevoir cette liberté corporelle il est indispensable d’ alimenter son corps et son âme de toutes les nourritures inimaginables et possibles, consommer la danse et le mouvement sous toutes ses formes: de la branche d’arbre qui est ballotté par le vent  au groupes d’ados entrain de traverser un passage piéton.Tout est mouvement autour de nous de soi , encore faut il le percevoir, l’expérimenter.Lorsque je danse je déploie toutes ces informations emmagasinée et expérimentée »Rakiya

L’improvisation et l’héritage familial

Noujoum Sawa« Au même titre que l’expérience, la mythologie familiale et la présence de mes ancêtres constituent dans mon art autant de phares dans la nuit. C’est pour cela que l’improvisation ( le moment présent  ) est ma  philosophie . Rien n’est prévisible car c’est ce que je me permets d’être sur scène, aucune attente de moi-même aucune anticipation car j’en suis incapable, aucune conclusion car dans ce moment-là  la conclusion n’existe pas … »

La danse m’a mis en équilibre …Rakiya

 

Rakiya The Artist